Les petits gestes #3 : un Noël responsable ?

Les fêtes de fin d’année vont être un peu particulières, mais il en faudra plus pour éteindre mon enthousiasme ardent : j’adore Noël. 

Je ne suis pas religieuse, mais : de la nourriture (coucou le barbecue de noël) + ma famille + des cadeaux + du champ’ + des chansons + des jolies loupiotes = une petite rouquine bien contente. 

Les cadeaux sont pour moi un élément super important, en bon petit produit de la société de consommation que je suis et je garde des souvenirs émus des séances de travaux manuels hivernales qui consistaient à assembler des rouleaux de PQ pour fabriquer un mobile géant, ou plus classiquement à coller des paillettes sur des cadres en bois. Préparer des présents pour les gens que j’aime, c’est toujours spécial. 

Sauf que maintenant j’ai 23 ans, et on attend de moi autre chose que des cendriers en pâte à sel. Chaque mois de décembre est désormais rythmé par le rituel des achats de noël, et c’est ça la vie d’adulte. 

MAIS j’essaie d’être une bonne adulte et de faire ce que je peux à mon échelle pour que la planète n’implose pas l’an prochain. Alors Noël ft la petite écolo en moi, c’est possible ? J’ai quelques pistes à vous proposer et que je compte bien explorer cette année ! 

Réduire la quantité

L’attachement de ma famille à l’échange de cadeaux a conduit, il y a quelques années, à une sacrée prise de conscience devant la montagne indécente de paquets devant le sapin : c’était plus possible. On a donc mis en place un système (qui existe depuis la nuit des temps, en vérité on n’a rien inventé – si vous avez eu une classe sympathique au moins une fois dans votre scolarité vous savez) : le tirage au sort. Tout le monde reçoit un cadeau, tout le monde offre un cadeau, tout le monde est content et on ne se retrouve pas avec 156 paquets. En plus ça permet de faire des cadeaux un peu plus conséquents (on a plus de budget), en prenant le temps de choisir quelque chose qui fera vraiment plaisir.

Choisir ses cadeaux de manière consciente

Réduire la quantité c’est selon moi la première étape indispensable à des fêtes de Noël (ou toute autre fête d’ailleurs) responsables, mais ça ne veut pas dire pour autant que le cadeaux qu’on va choisir doit être acheté chez une enseigne de fast-fashion ou commandé directement depuis un autre continent à partir d’Amazon. Vous êtes libéré.e.s du poids des 48 cadeaux que vous faites habituellement, vous avez donc un peu plus de sous pour investir dans quelque chose de durable, avec des matériaux respectueux de l’environnement et qui ne sont pas produits dans des sweat-shop : un article de déco dans un concept store, un article de mode durable made in France, des jeux en bois pour les enfants… Il y a vraiment de quoi faire. Si le budget est toujours serré – et même s’il ne l’est pas d’ailleurs ! – privilégiez la seconde main. Ce n’est pas toujours bien vu d’offrir de l’occasion en cadeaux donc à vous de jauger selon votre entourage, je ne m’y risquerais pas pour mon papa, mais je sais que mon frère n’aurait rien contre une sape sympa trouvée en friperie.

Noël : une occasion de convertir d’initier votre entourage 

Parfois, se mettre au zéro déchet ou à un mode de consommation plus lent et responsable demande un investissement de départ qui peut décourager, pourquoi ne pas saisir l’occasion pour donner à vos proches les outils nécessaires ? Une jolie gourde en verre, des petits cotons réutilisables tous mimis, des bee-wraps colorés, des cosmétiques solides… Plein de possibilités pour tout le monde… en théorie : si vous savez d’entrée de jeu que vous ne convaincrez pas votre tonton et que vos sacs à vracs resteront posés dans un coin pour être finalement jetés à la poubelle quelques mois plus tard, abstenez-vous. Environnementalement, les pires cadeaux sont les cadeaux inutiles !

Faire ses cadeaux soi-même ! 

Une version adulte du collier de nouilles, ça vous tente ? Idéal pour les petits budgets, ultra-personnalisé, le cadeau home-made est souvent celui qui fait le plus plaisir ! Vous touchez votre bille en couture ? vous pouvez faire des doudous pour vos petits neveux et nièces, une bouillotte aux noyaux de cerise pour votre maman, des sacs à vracs pour le tonton (si vous pensez qu’il s’en servira vraiment), des masques pour être stylé.e.s en pleine pandémie (parce qu’apparemment on doit toujours être plaisant.e.s physiquement même quand l’humanité est en péril)… Ca vaut pour tout talent que vous pourriez avoir, l’an dernier j’avais fait un recueil/best-of de mes conversation messenger avec mon amoureux pendant les 6 mois où nous étions à distance que j’avais fait relier : même impact que le dernier Musso à la Fnac mais résultat x10 000. Vous faites de la musique ? Pourquoi pas des compos sur CD/clé USB/drive ou peu importe ce que font les jeunes de nos jours ? Vous dessinez ? Vous avez compris l’idée… Même sans talent particulier, d’ailleurs, on peut faire des DIY adorables. Le degré zéro de la fabrication mais qui fait toujours son petit effet : une photo de vous avec la personne à qui vous faites un cadeau dans un joli cadre. 

Offrir des expériences partagées 

Un cadeau ne veut pas forcément dire un objet auquel on va s’attacher et qui va aller encombrer encore plus votre studio – vous-même vous savez les galères de retour à Paris après les vacances de Noël… Ce qui compte c’est le temps qu’on passe ensemble, alors profitons-en pour créer d’autres occasions : un repas sympa (quand les restos auront ré-ouvert…), un concert (quand les rassemblements seront permis…), une pièce de théâtre (quand… vous avez compris l’idée), une journée spa, un saut en parachute, un tour en montgolfière, sky is the limit (vous l’avez ?).

Bonus : et les emballages ? 

Un truc qui me fascine tous les ans, c’est le passage de ma tante ou de ma grand mère avec son énorme sac poubelle pour ramasser tous les papiers cadeaux déchirés qui jonchent le sol. Franchement, une telle quantité de papier – non recyclable – achetée pour 3 minutes 29 d’ouverture de cadeaux (enfin chez moi c’est comme ça en tout cas), c’est abusé. Alors qu’est-ce qu’on peut faire pour préserver la magie de Noël en plus de la planète ? 

Le papier journal : C’est du papier qui existe déjà, qui est de grande taille et facile à plier dans tous les sens, le meilleur allié de l’emballeur en somme. Je trouve que ça donne beaucoup de cachet au paquet mais ce n’est pas forcément du goût de tout le monde alors sentez-vous libre de customiser vos emballages pour encore plus de fun. C’est également la solution la plus économique, il vous suffit de récupérer des journaux quelques semaines avant noël à droite à gauche (abandonnés dans votre cage d’escalier, journaux gratuits aux sorties de métro, dans votre boîte/école, vous devriez trouver), c’est tout bénèf ! 

Pour ceux qui ne peuvent se résoudre à abandonner les couleurs vives des paquets au pied du sapin, il existe une autre méthode durable et magnifique, même si un peu plus onéreuse : le furoshiki. Il s’agit d’une technique de pliage de tissu japonaise. On offre ainsi son présent dans une jolie pièce de tissu colorée, qui est réutilisable et donne un côté vraiment précieux et charmant, comme un joli écran pour votre trouvaille. Ça a un coût, ces petites bêtes là, mais je vais commencer doucement à m’y mettre, et vous pouvez même réutiliser de vieux foulards, des chutes de tissu… tout ce qui pourra dissimuler avec style vos cadeaux. 

C’est tout pour moi pour l’instant car je m’en vais de ce pas en quête des cadeaux parfaits ! On se retrouve très vite pour un autre article, en attendant stay safe et bonne saison des fêtes à tou.te.s ! 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s