10 things to do… in Auckland

Auckland est une ville souvent boycottée par les backpackers et pour cause : quand on voyage en Nouvelle-Zélande, on est surtout à la recherche de paysages fabuleux, de Hobbits et de nature à perte de vue. Pourtant Auckland, que j’ai à peu près détestée lorsque je suis arrivée, a su me conquérir. Je vous propose donc un florilège des petits trésors qu’elle a à offrir, quand on a un ou deux jours à consacrer à la plus grande ville de ce petit pays du bout du monde. 

Commencez par prendre son pouls au coeur du CBD (Central Business District) sur l’artère principale : Queen Street. En soi, rien de très passionnant si ce n’est des flots de kiwis et de touristes (si comme moi vous aimez les villes grouillantes et râler après les marcheurs et marcheuses trop lent•e•s c’est THE place to be) mais cela vous donnera un bon aperçu de la diversité de la ville, à tous les niveaux. Cosmopolite, Auckland regorge notamment de petits resto pas piquer des hannetons : vous passerez devant de nombreux restaurants asiatiques (de très bons japonais ou coréens), des pubs et brasseries traditionnelles, même un resto français qui fait des galettes tout à fait convenables ! Vous découvrirez aussi des grandes enseignes de fast-fashion (c’est mal, mais les prix des vêtements de sport chez Cotton On Body valent vraiment le coup) comme des boutiques de luxe, pour la plupart françaises, dont iels n’arrivent même pas à prononcer les noms correctement (ah ah ces nul•le•s). 

D’ailleurs, si le shopping c’est votre truc, je vous conseille d’aller flâner sur K-Road (Karangahape Road, pour les plus intrépides), avec une vibe plus alternative – et à mon humble avis, plus intéressante -, sur laquelle vous trouverez bouquinistes, disquaires et friperies. 

Après cette balade, qui vous aura peut être même conduit•e à prendre une pinte sur Vulcane Lane, pensez à vous sustenter et là, c’est avec une larme de nostalgie au coin de l’oeil, que je vous conseille de vous arrêter dans un des nombreux Burger Fuel (leur chaîne locale) où les burgers sont délicieux et existent en version végétarienne, vous pourrez même choisir entre des frites classiques et des frites de patate douce (“kumara”) à s’en lécher les doigts. Aaah, tant d’heures à la salle gâchées par un petit arrêt chez Burger Fuel… Bon, si vous tenez vraiment à une alternative un peu plus saine, Pita Pit propose des pitas garnies sur le pouce, que vous pouvez même choisir aux céréales complètes et remplir de ce qui vous sierra et si vous êtes décidément très difficile, essayez Tank, l’enseigne orange que vous croiserez régulièrement et qui propose salades et wraps en plus de jus de fruits délicieux.  

Pour finir cette petite pause dej’, allez donc acheter un cookie au beurre de cacahuète ou même un pot de “cookie dough” chez Moustache, sur le campus de UofA (The University of Auckland pour les non-initié•e•s), selon moi le meilleur vendeur de cookie de la ville. Vous pourrez alors vous poser dans Albert Park pour une pause sucrée à l’ombre des palmiers, dans l’atmosphère nostalgique de son kiosque ou simplement sur une pelouse ensoleillée. 

D’ici, il vous sera extrêmement facile de rejoindre l’Auckland Art Gallery – un must do – par un petit escalier fait tout exprès. Elle vaut vraiment le coup pour les amateur•ice•s d’arts moderne et contemporain avec des expositions vraiment chouettes et la mise en avant d’artistes du Pacifique. Si votre truc c’est la civilisation et l’histoire, il y a l’Auckland Museum (et War Memorial) dans l’Auckland Domain (le plus grand parc d’Auckland) qui n’est pas mal fait du tout, même si quitte à choisir, Te Papa à Wellington m’a fait plus grande impression. 

N’hésitez pas à rejoindre le Domain quoi qu’il en soit, puisqu’il vous mènera facilement du côté du quartier chic de Parnell, avec ses grandes maisons victoriennes, ses boutiques huppées et au charme parfois désuet, et ses petites galeries d’art disséminées un peu partout… (Et son Burger Fuel)

Le soir venu, bande de fêtard•e•s, il y a deux choses que vous devez savoir : la vie nocturne d’Auckland n’est pas des plus dynamiques et elle est une héritière directe de la culture anglo-saxonne. En d’autres termes : 1) n’oubliez pas votre passeport (la seule pièce d’identité qu’iels semblent accepter) – non je ne vous raconterai pas l’histoire de la soirée de mes 22 ans où j’avais oublié le fameux sésame, non, ou alors il faudra me supplier un peu fort – ; et 2) commencez tôt, le dîner étant souvent aux alentours de 17h-18h, les bars se remplissent ET SE VIDENT très tôt, tout comme les clubs qui ferment leurs portes aux horaires où nous autres Français•e•s nous rendons habituellement en boîte de nuit… Ne désespérez pas cependant car il existe un endroit magique que je vous recommande, un endroit qui ferme à une heure décente (4h du matin), qui abrite plusieurs salles aux ambiances différentes mais toujours très animées et hyper inclusives (vous y rencontrerez de nombreuses drag queens parées de leurs plus beaux atours), j’ai nommé : Le Family Bar. Au milieu de K-Road, vous le reconnaîtrez à ses Rainbow flags et ses boules à facettes. De rien, c’est cadeau. 

Le lendemain, à 13h du matin, quand vous vous réveillerez avec un mal de cheveux incurable, rien de mieux qu’un brunch dans le quartier très hype de Ponsonby pour absorber l’alcool tout en vous régalant – attention aux prix qui s’envolent un peu parfois. Le quartier ultra-gentrifié est agréable et regorge de cafés cosy et de boutiques de créateurs. 

Si vous aimez la marche – ou les transports publics d’Auckland, you weirdo – il faut maintenant rejoindre le CBD et redescendre Queen Street pour profiter, par un jour de beau temps, de l’agréable port de plaisance. Vous pourrez vous poser en terrasse pour boire un coup, dans un resto hors de prix pour vous la raconter ou tout simplement flâner. Je trouve cet endroit très apaisant et, franchement, ce serait quand même trop bête de visiter la City of Sails sans faire ce petit détour. 

Une fois là-bas, ça tombe bien, vous êtes pile au bon endroit pour prendre un ferry qui en quelques dizaines de minutes vous emmènera sur la délicieuse île de Waiheke. Cette petite île du golf de Hauraki accueille de nombreux vignobles dans lesquels vous pourrez vous arrêter pour une visite et surtout une dégustation à des prix très abordables. Mention spéciale pour The Mudbrick Winery qui permet de picoler déguster des vins très corrects (et pour la Nouvelle-Zélande c’est un compliment) avec un panorama superbe sur l’île et le golfe de Hauraki. Vous n’avez plus qu’à admirez le coucher du soleil et à courir pour avoir votre ferry de retour !

Cheers mate !

Voilà les 10 trucs que je recommanderais de faire/voir/manger à Auckland, le tout en se musclant les fesses et les cuisses : la ville ayant été bâtie sur plusieurs volcans, préparez-vous au dénivelé ! 

N.B. : Les photos de cet articles ont été prises par moi-même, avec un portable à l’appareil photo défaillant, je vous présente donc mes plus plates excuses.

à bientôt,

M.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s